Et si mener une vie heureuse et épanouie, c’était prendre les choses comme elles viennent ?

Carnets de route

Et si c’était accepter ce qui s’offre à nous.

Et si c’était accorder de l’importance à ce qu’on a, sans toujours chercher à avoir autre chose, à vouloir ce que notre voisin a.

Et si c’était arrêter de se poser des tonnes de questions sur tout.

272830d21d33c818025feed7de755624

Source

Quand l’escargot était petit, il a fallu que je le laisse au bon soin de ses grands-parents, le travail m’appelant sur Paris. Il avait 4 mois et demi. Tout le monde n’avait de cesse de me dire : « que ça doit être difficile à vivre ». Pas tellement. J’ai vite accepté ce fait. C’était comme ça. Je n’avais pas le choix. Il y a eu des jours plus difficiles que d’autres. Mais mon quotidien était apaisé. Je le savais bien, en bonne santé et en sécurité. Ca me suffisait.

Quelques fois on a tendance à toujours en vouloir plus, à vouloir que les choses soient différentes, que les tracas du quotidien soient moins lourds à porter. Nous sommes des éternels insatisfaits. Et cette insatisfaction chronique ne nous aide pas à avoir une vie saine et agréable. Elle nous torture l’esprit et crée dans nos têtes du chaos, chaos qui nous bouleverse et nous fait perdre nos repères.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas se poser de questions, ou remettre en cause certaines manières de fonctionner. Mais je crois qu’il faut arriver à faire avec ce que l’on a. Si on regarde nos vies les yeux dans les yeux, on verra des coins de soleil et des zones d’ombre. Forcément. Personne ne vit une vie linéaire, plane et légère. Nous avons tous nos soucis et nos doutes. Mais nous connaissons aussi la joie et la douceur.

Koan Zen écrivait « ce qui te manque, cherches le dans ce que tu as ». Et oui, pourquoi toujours chercher ailleurs ce qui est juste à portée de nos mains ?

Je médite de plus en plus ces mots. Et doucement j’accepte mon quotidien plus sereinement, ma vie avec ses hauts et ses bas, ma vie avec son lot de douleur et de moments éclatants. Il y a des tonnes de choses que je n’ai pas, d’autres que j’aurai voulu avoir ou posséder, d’autres que je regarde de loin avec une pointe d’envie parfois.

Mais l’essentiel, je l’ai là, aujourd’hui, sous mes yeux. Et je compte bien le chérir. Car la vie peut se montrer capricieuse quand on la malmène ou quand on ne sait pas la remercier pour ce qu’elle nous offre.

Advertisements

23 thoughts on “Et si mener une vie heureuse et épanouie, c’était prendre les choses comme elles viennent ?

  1. C’est la philosophie que j’essaies d’appliquer dans ma vie. Et ça me réussit plutôt bien. Cela dit les choses viennent quand même plus simplement pour certains que pour d’autres !!!

    Like

  2. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple à faire mais en avoir conscience permet déjà de tendre vers cette satisfaction dans le moment présent. Ne jamais oublier que tout peut arriver, tout pas s’arrêter du jour au lendemain. Essayer aussi d’avoir toujours à l’esprit qu’il y a tellement vraiment pire que nous. Bon ça n’empêche pas qu’on a le droit de geindre une fois de temps en temps hein

    Like

  3. Il faut positiver ça c’est sûr mais ce n’est pas évident chaque jour et nous avons chacun et chacune des passés différents ! bisous.

    Like

    1. C’est très vrai Béa. Pas toujours facile de faire avec ce qu’on a et d’accepter des choses difficiles.
      Grosses bises à toi.

      Like

    1. Je crois que ce problème a des origines très anciennes Bernie, comme ci on n’avait pas le droit d’être heureux…

      Like

  4. Je suis d’accord et en même temps pas d’accord! ARGH c’est compliqué ^^ Je ne me vois pas me contenter d’une vie médiocre ou qui ne me correspond pas tout à fait, ce que je suis en train de changer d’ailleurs. Et en même temps je prends pleinement conscience de la chance que j’ai déjà et des petits bonheurs simples de la vie, passer les doigts dans l’herbe de mon jardin, écouter mon chat ronronner roulé en boule sur mes genoux, m’endormir à côté de celui que j’aime… Pour autant je ne peux pas m’empêcher de me poser certaines questions, qui me feront avancer, j’en suis certaine, et malgré tous les risques que je vais prendre, vers la vie qui me correspond d’avantage. Je pense que nous avons les cartes en main pour faire de notre vie ce que nous voulons en gardant tout de même la tête sur les épaules. Il faut trouver un juste milieu entre rester là à se dire que la vie qu’on a est déjà pas mal et foncer tête la première sans réfléchir par sorte de jalousie de son voisin! Si tu penses que tu mérite mieux Marie, je ne vois pas pourquoi tu ne l’aurais pas, même si c’est pas tout de suite, même si il faut attendre que la tempête se calme, nous sommes, devons être maître de nos vies! Crotteuh! 🙂

    Like

    1. Je te rejoins ma belle.
      Je me suis peut-être mal exprimée. Accepter ne veut pas dire (pour moi) ne rien faire. On accepte telle ou telle chose (parce que résister ne sert à rien) et on se donne ensuite les moyens de changer une situation, de réaliser un projet.
      Accepter ne signifie pas non plus rendre les armes. On peut accepter sa vie et avoir des rêves plein la tête. En acceptant, on donne juste à son esprit la liberté de ne pas ressasser des choses qui n’en valent pas la peine ou chercher une solution a un problème qui n’en a pas.
      Change ta vie ma belle, si c’est ce que tu souhaites. Changer c’est déjà accepter qu’elle ne te plait plus telle quelle est!!
      Grosses bises et mille merci d’avoir eu le cran de partager ton avis sur le sujet.

      Like

  5. C’est mon choix de vie aussi. A quoi bon se lamenter et se torturer comme bien souvent les faits sont irréversibles. La solution ? Prendre une grande inspiration et aller de l’avant. POSITIVE ATTITUDE

    Like

    1. Tu as bien résumé ma pensée Asmaa. Il y a des choses que nous ne pouvons changer, autant les accepter au lieu de les rejeter et d’être misérable.
      Il faut savoir se donner les moyens d’être heureux et bien dans ses baskets.

      Liked by 1 person

  6. c’est la sagesse Marie, et c’est aussi si vrai courir après ce que l’on n’a pas, ce que nous n’aurons jamais épuise et nous rend malheureux car nous ne savons pas alors profiter de ce que nous avons sous nos yeux, le bonheur est si capricieux si nous le malmenons et il y a tant de raison de le perdre et de s’apercevoir après coup qu’il était là… ne pas se bouffer la vie qui est si belle par toute ces choses qui n’en valent pas la peine: Carpe Diem, amicales pensées et bises à vous deux.

    Like

    1. Je pense que tu l’as compris depuis longtemps Catherine. Bien souvent nous faisons de la résistance et nous n’en tirons rien de bon, car accepter ce qui arrive, c’est le meilleur moyen d’aller de l’avant.
      Grosses bises et courage pour toutes tes démarches (sans fin)

      Like

      1. “de ce que l’on a et de ce que l’on est”. Très juste Karine. Mille merci et belle journée à toi.

        Like

  7. Je pense que le mieux est de prendre du recul et réaliser que ce que l’on veut n’est pas essentiel au bonheur. Prendre le meilleur et laisser la vie nous apporter le reste. En tout cas, moi c’est ce que je fais ! Des bisous Marie 🙂

    Like

    1. Tout à fait Sophie. Et plus on s’en rend compte jeune, plus on a de chance de vivre mieux et de moins se tourmenter aussi. Continues, tu es sur la bonne voie. Grosses bises de nous deux.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s