Ce besoin viscéral de reconnaissance, une drogue comme une autre

Les drogues, on en entend assez parler pour savoir qu’elles sont nocives pour la santé du corps comme celle de l’esprit. Cannabis, tabac, alcool. Mais avant tout une drogue est quelque chose dont on ne peut pas, plus se passer, quelque chose qui nous obsède et qui nous fait du bien. Une drogue nous rend dépendant et nous enlève toute faculté de réflexion. Une drogue soulage notre besoin du moment, mais ne règle jamais le problème de fond.

Tout ça, c’est bien beau, mais vous devez bien vous demander où je veux en venir avec toutes ces considérations, aussi passionnantes les unes que les autres !

J’ai une révélation à vous faire, le genre de révélation qui donne une bonne claque dans la figure mais qui remet sur les rails.

J’ai commencé à bloger en 2010. A l’époque, j’écrivais en moyenne deux billets par semaine. Puis j’ai eu envie d’écrire plus et je me suis lancée à cœur perdue dans la blogosphère. De fil en aiguille, j’ai ouvert et fermé des tonnes de blogs, qui ne me correspondaient plus. J’ai conservé tous mes billets, comme des souvenirs de cette évolution intéressante.

Enfin récemment, je me suis surprise à regarder plus souvent mes statistiques, à guetter le commentaire sur un nouveau billet, à lire plus de blogs, à écrire même sur mes heures de travail, à penser au billet que j’allais écrire, au beau milieu de la nuit. Doucement, sans m’en rendre compte, je suis devenue dépendante de mon écran d’ordinateur. Mon blog (et les vôtres) sont devenus ma drogue. Même épuisée, à 11h du soir, je continuais à lire, à écrire, alors même que mon corps disait stop. Rien ne pouvait m’arrêter.

Et puis, hier, à l’heure du déjeuner, alors que je savourais des sushis sur un banc du parc à côté du bureau, j’ai compris ce besoin omniprésent dans ma vie. Cette dépendance est une fois de plus liée à un besoin viscéral de reconnaissance.

Il est plus facile de s’apprécier dans le regard de l’autre (ou de se détester aussi), que de faire un arrêt sur image et se regarder vraiment, s’étudier, prendre du temps pour se construire, s’aimer, se connaître.

Je n’ai jamais pris ce temps. Ma confiance en moi est au point zéro, au même point que la première fois que j’ai dû faire face aux railleries de mes camarades de classe. Niveau harcèlement et manipulation, j’en connais un rayon. Et au lieu de prendre le problème à bras le corps, j’ai toujours préféré fuir, en me disant « je serai plus forte la prochaine fois ». Sauf que ça ne marche pas comme ça.

Et qu’internet ne va pas faire le travail à ma place ni m’apporter cette confiance en moi, miraculeusement, après quelques billets griffonnés ici et là.

Il est donc temps de lever le pied. Il est temps pour moi, non pas d’abandonner ma passion de l’écriture au bord de la route, mais bien de continuer à m’adresser à vous aussi librement que possible, sans chercher ici et là une appréciation quelconque, mais bien pour le plaisir. Je ne dis pas que ça va être facile, mais je crois que c’est nécessaire.

Il est temps surtout de me pencher sur moi, de me reconstruire et de m’aimer telle que je suis, d’arrêter de vouloir à tous prix ressembler à tous ces gens que j’admire, sans bien entendu y arriver, d’arrêter de vouloir être quelqu’un d’autre, pour ne surtout pas avoir à me pencher sur mon cas.

Il y a du boulot sur la planche, mais ça vaut le coups de se lancer…

669041a5ed5395d309cec6e102b58e0d

Source Image

Advertisements

37 thoughts on “Ce besoin viscéral de reconnaissance, une drogue comme une autre

  1. dhelicat says:

    Tu y arriveras Marie, laisse toi aller, soit toi, fais ce que tu as envie de faire pour toi (et Boubou) et aime toi tu en vaut la peine, tu es quelqu’un de bien … Tu n’as pas besoin de la reconnaissance des autres pour devenir ce que tu es: toi! Mais on est toutes tentées à un moment ou un autre par les Statistiques mais il ne faut simplement pas en être esclave! Et faire ce que l’on fait pou le plaisir sans oublier ce but… Je ne regarde désormais presque plus les stats d mon blog, vos commentaires sont mon oxygène.. Bisous Marie prends soin de vous deux et de toi en particulier, n’oublie pas de vivre, d’aimer, de rire, chanter… et d’ecrire de temps en temps

    Like

    • Marie Kléber says:

      Merci ma chère Catherine. Je suis en plein apprentissage. J’apprends qui je suis. J’apprends à m’estimer, à m’aimer.
      Doucement les choses se font. Mais il y a encore du travail…Comme tout, ça viendra.
      Bises de nous deux et plein de courage pour cette journée.

      Like

  2. Marie says:

    Comme je me reconnais dans ce que tu dis. Notre vie de blogueuses est jalonnée de ces moments de remise en question. Bloguer pour soi-même, par plaisir, et non pour faire grimper nos statistiques. Continuer à faire ce qui nous plaît, sans se perdre en cours de route. Il y a un juste équilibre qu’il n’est pas toujours facile de trouver.

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je suis contente de voir que ce texte te parle Marie. Il faut trouver le bon équilibre, ce dernier étant bien fragile quelques fois.
      Je crois qu’il faut s’écouter avant tout.

      Like

  3. Marie May says:

    On est sur le chemin… Bien sur, ça ne se fait pas tout seul , mais à mon sens, le simple fait d’en prendre conscience fait avancer…
    Après, il faut un peu de temps, de la compassion pour soi, et regarder avec émerveillement la petite pousse!!!
    Très bel article!

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      “regarder avec émervellement la petite pousse”, j’aime bien ça Marie. Doucement nous avançons vers une meilleure connaissance de nous-même et une vie plus sereine et heureuse. Il faut y croire.
      Mille merci!!

      Like

  4. La Nature et moi says:

    Je reste sans voix devant ton billet, Marie ! Tu viens de toucher du doigt un problème que j’essayais d’ignorer et de reléguer aux oubliettes. Cela fait quelques semaines que je me suis rendu compte que je devenais dépendante, moi aussi, des commentaires, des stats… C’est vrai qu’un besoin vital de se sentir appréciée, comprise se cache derrière cela… C’est si dur de s’aimer soi-même. Souvent on s’aime à travers le regard que les autres posent sur nous. Oui, un travail long et dur nous attend, je crois… Mais il est temps d’en prendre conscience afin que notre bonheur ne dépende plus des autres mais de nous-même. Je ne sais comment te remercier pour m’avoir aidé, grâce à ce billet, à ouvrir les yeux. Savoir que d’autres vivent, ressentent, se battent face aux mêmes angoisses donne du courage… Toute mon affection, chère Marie. Et surtout ne te déprécies pas, tu es formidable ! Bises

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Merci beaucoup pour ton message Karine. Partager son ressenti peut avoir un effet positif sur les autres. Je suis contente que mon témoignage te parle et te permette d’avancer. On crois toujours que pour les autres, c’est plus facile, alors même que nous sommes tous dans le même beateau et que nous nous construisons au fil de l’eau.
      Je pense bien fort à toi. Continue de chercher ta vérité ma belle et d’avancer vers une meilleure estime de soi. On peut s’aimer et je crois que ça en vaut la peine!

      Like

  5. malise says:

    C’est fou, ton billet répond complètement à une réflexion que l’on m’a faite récemment, à savoir que mon blog comble le manque de reconnaissance que j’ai au travail… Et oui, en effet, c’est exactement ça. Sauf qu’aujourd’hui, contrairement à l’année dernière, je ne m’impose plus rien. Je n’écris que lorsque je le peux, sans contraintes, et je ne regarde plus mes stats depuis très longtemps (je n’ai d’ailleurs plus rien qui me permette de le faire, et je m’en passe sans problème. Ce sont les commentaires que je regarde.) Bloguer, ça fait du bien, mais ce n’est pas la (ma) vie. Je crois que nous suivons toutes le même cheminement avec nos blog, et finalement c’est rassurant! 🙂 Gros bisous.

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      C’est rassurant Malise, tu as raison et je crois que nous en apprenons aussi beaucoup sur nous même à travers notre écriture, nos échanges et nos réflexions.
      Continuons à écrire pour le plaisir, il n’y a que ça de vrai!
      Bises et bon weekend à toi.

      Like

  6. Illyria says:

    Très juste article… Le virtuel devient un piège, et le pire de toute façon, ce n’est pas dans le virtuel que l’on s’épanouit et se réalise… Cela nous apporte quelque chose, mais concrètement, qu’est ce que cela change à notre vie d’être lu par beaucoup de personnes et d’avoir beaucoup de commentaires? C’est aussi une réflexion que je me fais, que les blogs sont un moyen de fuir sa solitude, d’être occupée sans être face à soi même… Donc c’est important de garder de la distance face à ce monde là, et c’est bien que tu aies pris conscience de ça! La vie réelle sera toujours beaucoup plus épanouissante que la vie sur internet 🙂

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je crois aue pendant longtemps j’ai utilisé mon blog comme un moyen de ne pas me pencher sur moi. Mon image se dessinait en fonction des commentaires des autres. Depuis quelques semaines, je suis passée à autre chose et je prends conscience de l’importance que j’ai accordé à quelque chose qui n’est qu’un tremplin dans ma vie et ne représente pas toute ma vie.
      Merci pour le partage de tes réflexions.
      Belle journée Illyria

      Like

      • Illyria says:

        Et d’ailleurs Marie, c’est vrai que c’est facile de tomber dans cette drogue de la reconnaissance, de voir la réaction des gens, les commentaires tout ça, et le moyen que j’ai trouvé pour lutter contre ça, c’est de ralentir le rythme de publication. C’est pour ça que je ne publie que deux articles par semaine, et pas plus. Pour garder de la distance face à ce virtuel.
        C’est bien que tu sois passé à autre chose et que tu accordes de l’importance à autre chose, c’est une très bonne prise de conscience! Bonne journée Marie, et merci pour tes réponses aux commentaires!

        Like

  7. Madeleine O'deen says:

    coucou…
    Je comprends entierement ton billet… ce besoin de reconnaissance et d’exister dans le regard de l’autre est encré en nous. Alors que dire quand on se lance dans un blog ou autre site… moi meme je me pose régulièrement la question du pourquoi de mon blog… j’ai mes réponses, mais c’est vrai que parfois la quête de plaire finalement se faufile tout doucement, et c’est pas ce que je recherche. La solution : je m’oblige à me remettre en question du pourquoi je m’investis autant sur le web. (bien qu’actuellement j’ai moins de temps pour cela… mais c’est par manque de temps… sinon oui c’est assez addictif).

    ton billet est juste… de toute façon ce qui fait la différence sur les blog en particulier… c’est la sincérité je pense, ca se sent… on capte tout de meme quand certains recherchent avant tout de progresser dans les stats…

    bisouxxx

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Tu as raison Madeleine, c’est la sincérité qui fait la différence. Je crois que se remettre en question de temps en temps est nécessaire et nous permet aussi de nous remettre sur les rails, de réajuster notre équilibre.
      C’est comme tout, il faut user sans en abuser.
      Merci beaucoup et belle journée à toi!

      Like

  8. Jordane says:

    T’as le droit aussi de te dire que le travail que tu fais apporte quelque chose à quelqu’un sans avoir le sentiment d’être drogué aux stats ou à la reconnaissance mais en ayant le besoin d’être utile, car ce quand on blogue pour une raison faiblarde comme flatter son égo, faire de l’argent etc, ça ne dure jamais bien longtemps, alors que bloguer par passion et pour être utile aux autres, c’est plus productif, et plus satisfaisant pour soi ! Le dalaï lama te diras la même chose, lis son livre sur l’art du bonheur, tu vas te rendre que tu es parfois dans le faux !

    Ne perds pas l’essentiel, le blog c’est pas la vie, c’est un délire, ça n’est que ça d’ailleurs juste un délire, et un moyen de partage !

    Ne confonds pas ce que tu fais et ce que tu es bis 😉

    Liked by 2 people

    • Marie Kléber says:

      J’avoue que je n’avais pas vu ça sous cet angle Jordane, mais c’est intéressant.
      Au fond j’écris pour partager des idées, des avis, des réflexions qui peuvent amener les autres à changer leur vie our leur mode de pensée.
      Je note le livre que tu me conseilles.
      Merci pour tes mots. Et belle journée à toi.

      Like

  9. una idea says:

    Coucou Marie,

    ça c’est un vrai sujet que tu as souligné si justement et je vois que ça parle à beaucoup d’entre nous. ça me rassure aussi sur moi !
    Moi aussi je me pose pas mal de questions par rapport à mon blog et parfois j’ai l’impression de m’éloigner du plaisir initial de l’écriture libre.
    To blog or not to blog that is the question !

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je crois qu’il faut trouver la juste mesure entre partage et passion. Et puis surtout ne pas se mettre de pression ou vouloir à tous prix gagner de l’audience. Tout vient à temps qui sait attendre!
      Mercu Una Idea et belle journée à toi.

      Like

    • Marie Kléber says:

      Mettre des limites, voilà ce que je suis en train d’essayer de faire, car je passe trop de temps sur mon écran, au détriment de ce qui compte vraiment dans ma vie.
      Merci!

      Like

  10. Isabelle says:

    coucou Marinou! je comprends ton besoin de reconnaissance, j’ai le même (et beaucoup ont ce besoin à ce qu’on dirait!). Maintenant, tu aimes écrire, tu as cette passion, ce talent, et si internet n’existait, tu aurais écrit pour toi je pense. nous, on te lit :)) (et c’est nous le public le plus important 😉

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Tu as bien raison ma belle. Je suis juste en recherche de la bonne mesure, entre écrire pour le plaisir, sans en faire trop. Je me chercher en quelque sorte, et c’est plutôt intéressant.
      Bises et merci.

      Like

  11. Maïté says:

    bonjour…. je pense que partager ses expériences, ses doutes, ses peurs, ses humeurs… nous aide à traverser certaines épreuves…ce monde du net nous permet également de voir que d’autres traversent des épreuves similaires, voire largement pires,nous aide aussi à réfléchir sur soi et à partager…Il brise une sorte de solitude. et le faire avec des gens consentant permet aussi d’éviter de gaver ses proches,…Mais effectivement, il ne faut pas oublier la vraie vie et les gens qui t’entourent et qui t aiment…Il me semble que tu as bien compris tout ça … Une seule chose, je te trouve bien sévère avec toi même… Sans te connaitre il me semble que tu as déjà fais un long chemin sur la connaissance de toi et tes billets ne sont sans doute pas étrangers à tout ça…et tu réalises seule quels changements de vies sont nécessaires pour toi !! Y a des tas de gens qui en sont incapables !! Alors dans tes nouvelles résolutions ajoute un peu plus de clémence pour toi même !! Bonne continuation, Maïté

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Merci beaucoup Maité pour ces mots empreints de sagesse et de douceur.
      Etre plus clémente avec moi-même, c’est un bon programme. J’ai encore du mal, mais j’avance doucement vers une meilleure connaissance de moi et une acceptation de mes faiblesses aussi.
      Bonne continuation et merci pour ta visite.
      Marie

      Like

  12. PureNrgy says:

    Ah Marie! Toujours authentique! (Je me répète, je sais. Mais c’est une qualité rare. Sois fière de la posséder 😉 )

    Ton billet me rappelle Seth Godin, qui disait qu’un jour il a arrêté de suivre les stats, de lire les réactions et d’y répondre. Il a juste continué à écrire et partager sans se préoccuper de SEO ni de ce que les autres en pensent. Je ne dis pas d’être si extrême, mais il l’a fait pour les raisons que tu cites.

    Je vois parfois des gens fermer leur blog par manque de lectorat. Si j’ose leur dire: tu n’écris pas que pour les autres? ouhlala! 😉

    bises

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je crois qu’il est important de trouver le bon équilibre Héloïse, opération périlleuse mais si importante, afin de continuer à faire les choses que l’on aime par plaisir, et non pour faire plaisir aux autres.
      Merci beaucoup pour ton gentil commentaire, qui me touche beaucoup.
      Bises et très belle semaine à toi.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s