Comment dit-on « ils » au féminin ?

Assise au café, en dégustant ma tarte aux abricots, je n’ai pas pu faire autre chose, qu’écouter le discours passionné de mes voisines de tables.

Elles étaient toutes les deux en train de disserter sur les élections municipales et le maigre engouement des foules pour le débat qui oppose deux femmes à la mairie de Paris. Elles étaient malheureuses de constater que dès qu’on parle de femmes, ça n’intéresse personne.

Au fil de leur discours, elles en sont venues à évoquer un évènement de leur vie de tous les jours, le féminin des noms propres masculins. Directeur devient « directrice » au féminin. Par contre chef ne se décline pas. Pourtant l’une d’elles avait bien essayé, avec conviction, de faire passer le mot « cheffe » auprès de sa responsable de stage, mais sa tentative était restée vaine.

Le féminisme aujourd’hui, qu’est-ce que c’est ?

Est-ce que c’est transformer des mots masculins en mots féminins ? Ou est-ce que la discussion va au-delà ?

Si on se borne à vouloir faire exister les « ils » au féminin, ne risquons-nous pas de limiter le débat ? D’ailleurs est-ce que la féminisation des noms change quelque chose au fond du problème ?

L’égalité entre les sexes est-elle plus tangible, depuis que le lecteur est devenu lectrice ou que le patron à sa patronne ?

Beaucoup de questions comme autant de points d’interrogations au milieu d’une réalité affligeante. Le féminisme comme je l’entends, c’est la liberté de choix et l’égalité des droits. Je crois qu’il y a encore du chemin à faire pour que cet idéal se réalise. Et je pense que la transformation de chef en « cheffe » est loin de nous aider à faire avancer les choses. A moins que je ne sois complètement à côté de la plaque…

carnavalesqueEsprit Alea.com

Advertisements

12 thoughts on “Comment dit-on « ils » au féminin ?

  1. ifeelblue says:

    je suis ABSOLUMENT d’accord! la féminisation de certains noms, pour moi, ne sert à rien, à part créer des mots qui m’agressent les yeux ou les oreilles, perso.

    Like

  2. Melgane says:

    Je suis d’accord avec toi et Ifeelblue. “Cheffe” ça agresse les yeux, c’est comme “auteure” , et “écrivaine” ça sonne pas bien. En plus, dans le cas d’écrivaine, par exemple, ça va un peu “contre” le but. Dans le sens où souvent on dit que Untel est le meilleur écrivain de son genre par exemple. Si on met le mot écrivaine ça veut dire que Untel sera le meilleur écrivain, et Unetelle la meilleure écrivaine, et qu’une femme ne peut pas être meilleure qu’un homme puisqu’on sépare les hommes qui écrivent des femmes qui écrivent. Alors que si on dit “une femme écrivain”, Unetelle peut être la meilleur écrivain devant un homme. On n’a pas besoin de “sectariser”. Et puis comme tu as dis la discussion va peut-être au-delà de la féminisation de certains mots.

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      En fait j’ai l’impression qu’on s’amuse à créer des différences là ou il n’y en avait pas à l’origine Melgane. Je crois que le débat va au-delà de ces idées ordinaires.

      Like

  3. Nani says:

    Coucou Marie!
    Chouette article. qui remue le couteau dans la plaie de notre statut!
    Tu as raison, les attributs lexicaux, et autres mots féminisants, qu’on croit bon de nous affubler ou pas sont d’ordre anecdotique voire caricatural…
    Ce n’est pas là que se joue cette lutte, et su’elle se gagnera.
    Si un jour elle se gagne… :-/
    Bisous mamzel, à très vite

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      On ne pourra jamais être sûre de la gagner mais on se doit de la mener Nani. Sans tourner autour du pot et en prenant des décisions qui peuvent faire bouger les choses.
      Grosses bises ma belle et merci.

      Like

  4. Miss Tournesol says:

    Je trouve aussi que certaines “féministes” se trompent de combat… c’est comme l’histoire du “mademoiselle” ou “madame”… à l’heure où des femmes se font lapider dans certains pays, il faut arrêter ces débats triviaux. La parité obligatoire sur les listes électorales, c’est pareil, ça me fait penser à des quotas “tiens faudrait prendre au moins 3 femmes, ça ferait mieux”. La vraie égalité, c’est le jour où on ne se posera même plus la question.Et puis, on dit toujours “un sage-femme”, et personne n’en fait toute une histoire 😉 Bises ma belle!

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Très bien dit ma belle. En effet il y a des urgences et des sujets qui peuvent attendre. Mais comme toujours, on relègue les urgence au dernier plan et on s’intéresse aux petits soucis lexicaux, histoire de dire qu’on prend les choses en main. Du grand bazar quoi.
      Grosses bises et belle journée.

      Like

  5. PrettyCrazyGirl says:

    Je ne pense pas que cela puisse faire avancer quoi que ce soit de transformer les mots masculins en les mettant au féminin… Le combat n’est pas là je pense… C’est par nos actes au quotidien qu’on fera la différence… & en les revendiquant de vive voix ! ^^

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s