A celui qui avait oublié d’être heureux

Entre Nous

Le bonheur est un choix. Je le conçois, un choix pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît. Il ne suffit pas de vouloir être heureux pour l’être. Le bonheur requiert un état d’esprit et de la pratique. C’est comme pour tout, il faut s’en donner les moyens, le conquérir en quelque sorte.

Autour de nous, il y a ceux qui refusent d’y renoncer et combattent tant que faire se peut l’individualisme ambiant. Il y a ceux qui n’y croient pas, qui détestent entendre parler du bonheur. Il y a ceux qui passent à côté et qui se posent en victimes. Et puis les inconditionnels du bonheur, pour qui chaque instant, est un pur moment d’extase.

26266cd861aab3a9894cc0de23451dd7

Ce sont ceux qui passent à côté qui me dérangent le plus. Parce que trop souvent ils accusent les autres de leur gâcher la vie, de les rendre malheureux. Ils s’apitoient sur leur sort et ne font rien pour changer les choses. Ils ont tout à portée de main, mais pas dans la main. Ils considèrent que c’est aux autres de faire les efforts, c’est aux autres de leur apporter le bonheur sur un plateau. S’ils ne le font pas, c’est à cause d’eux que le bonheur leur passe sous le nez.

Personne n’est responsable du bonheur de l’autre. Nous ne sommes pas sur terre pour rendre les gens heureux. Nous pouvons contribuer à leur épanouissement personnel mais s’ils refusent catégoriquement d’attraper le bonheur quand il frappe à leur porte, nous ne sommes pas coupables. C’est trop facile de faire peser sur l’autre le poids de notre lassitude ou de notre malheur.

Bien sûr il y a des cas dans lesquels le bonheur est une histoire plus compliquée. Au sein de nos familles par exemple. Un enfant pense souvent être responsable du bien-être de ses parents. Et un parent souhaite le meilleur pour son enfant. Si je prends mon histoire familiale, je constate que nous sommes comme encastrés ensemble. Si l’un souffre, toute la famille souffre et si l’un est heureux, toute la famille est heureuse. Depuis que j’ai compris ce mécanisme, j’essaye de m’en détacher car je ne me sens pas à l’aise dans cette manière de fonctionner. C’est contre-productif et pendant longtemps, j’ai eu l’impression qu’il fallait absolument que je garde le sourire, que je garde mes angoisses et mes doutes pour ne pas déstabiliser l’équilibre familial.  Je montrais l’image d’une enfant, d’une fille épanouie et tout allait bien. Pas étonnant qu’un jour j’ai explosé et que tout ce que j’avais gardé en moi ait fait l’effet d’une bombe autour de moi.

En amour aussi. Et c’est ce que ma dernière histoire m’a appris, elle aura au moins eu ce mérite. Il avait tout pour être heureux, peut-être pas pleinement, peut-être pas à chaque instant. Mais il a fermé les yeux face au bonheur. Il a décidé qu’il n’avait jamais été chanceux, il a décidé qu’il ne serait jamais heureux. Il a rejeté la faute sur les autres, sur moi aussi. Il a tout foutu en l’air. J’ai encore une fois pensé que j’avais bousillé sa vie, comme j’avais raté l’occasion de rendre ma mère heureuse, plus petite. Et j’ai compris que je n’y étais pour rien. Et cette découverte m’a redonné la chance de partir à la conquête de mon propre bonheur, sans porter le poids de la culpabilité, qu’il n’a jamais cessé de vouloir faire peser sur moi.

Ton bonheur ne dépend que de toi. Si tu attends qu’un autre vienne combler le vide de ta vie, tu marches sur la mauvaise route. Un jour ou l’autre, on s’en mord les doigts.

 

Advertisements

34 thoughts on “A celui qui avait oublié d’être heureux

  1. Je suis bien d’accord avec toi, Marie ! Malheureusement, je connais aussi quelques personnes autour de moi qui ont le bonheur sous leur nez, mais qui s’interdisent de le toucher du doigt ! Elles se complaisent dans leurs “malheurs”, et ne sont jamais heureuses. Je trouve ça extrêmement dommage ! La vie passe vite et se la gâcher alors qu’on pourrait être heureux est pour moi un non sens… Merci pour cet article qui rejoint à 100% ce que je ressens. Bises

    Like

    1. C’est dommage Karine. Parce que la vie c’est là, maintenant. A force de laisser passer le bonheur, un jour il est trop tard.
      Merci pour tes mots. Belle journée à toi, sous le soleil!

      Like

  2. hummm… je pense que ce n’est pas si simple… l’un de tes autres articles, sur les femmes et leur enlisement bien involotaire dans une relation de couple toxique, en est témoin.
    le bonheur, on en a tous le désir, mais est-on tous “calibré” pour y parvenir?
    hélas, je ne crois pas ! pour certains, il ne leur est pas permis d’être heureux, à leur corps défendant… et l’histoire personnelle n’y est souvent pas étrangère.
    bises, à+

    Like

    1. Je pense en effet que dans le bonheur il y a une part d’inné et une part d’acquis Nani. C’est vrai que pour certains personnes le bonheur est un défi important, quasi-impossible desfois, tant le passé est lourd.
      Ce que je voulais surtout dire c’est que personne ne peut faire le bonheur de l’autre si l’autre n’est pas prêt à être heureux.

      Bises et à très vite!

      Like

      1. Oui c’est clair! il faut être réellement prêt au bonheur avant de pouvoir y prétendre…
        L’autre peut néanmoins être un élément déterminant, déclencheur ou favorisant, pour la prise de conscience qu’il est temps d’être heureux!
        Merci pour ton article, digne d’intérêt comme toujours 🙂
        A très vite mISSk!

        Like

  3. coucou Marie,

    Ton article résonne très bien avec une question que je me pose beaucoup en ce moment.

    Comment réussir à lâcher prise face et accepter l’idée que les autres sont responsables de leurs propres choix de vie, même si de l’extérieur on a l’impression que cela ne les rend pas heureux ?Comment arrêter d’être dans une posture de sauveur malgré tout en restant proche ?

    Je n’ai pas encore la réponse ! Si quelqu’un trouvé la solution, je suis preneuse 😉

    Like

    1. Je n’ai pas la réponse Una Idea. Je crois qu’il faut rester à l’écoute de l’autre, être présent tout en sachant que seul lui ou elle peut vraiment faire changer les choses.
      Belle soirée et merci.

      Like

    1. Un jour on s’en sort Marie, on comprend que ça ne sert à rien, on ne peut pas sauver les autres contre leur gré. On ne peut pas sauver les autres tout court.

      Like

  4. Ton bonheur ne dépend que de toi : je retiendrai cette phrase dans ton texte si bien écrit. Bonne soirée Marie, bises.

    Like

  5. C’est très joli et tellement vrai. Le bonheur ne devrait pas dépendre de quelqu’un ou de quelque chose mais venir de l’intérieur. C’est un véritable état d’esprit et avec, on peut tout affronter.

    Like

    1. C’est un état d’esprit, je suis tout à fait d’accord avec toi Julinette!
      Merci beaucoup.

      Like

  6. ” Ton bonheur ne dépend que de toi. Si tu attends qu’un autre vienne combler le vide de ta vie, tu marches sur la mauvaise route. Un jour ou l’autre, on s’en mord les doigts. ” je vais méditer ça

    Like

  7. un très beau texte Marie, et oui le bonheur ne dépend que de nous, et nous ne sommes pas responsables du mal être des autres et surtout pas de celui de nos parents… Plein d’affectueuses pensées pour toi et le petit homme, bisous

    Like

    1. Merci beucoup Catherine. On met du temps à l’intégrer mais une fois que c’est fait, quel soulagement!
      Bises de nous deux et belle journée sous le soleil.

      Like

  8. Ton article est très juste ! Beaucoup de personnes passent à côté de leur bonheur parce qu’ils perdent trop de temps à se plaindre, à tout voir en noir.
    Les joies, les raisons de sourire sont partout autour de nous, tout le temps. Il suffit d’être capable de les voir et de les recevoir. Bravo pour tes mots en tout cas !
    Mon dernier article parle un peu de ces choses là, l’importance de positiver.

    Like

    1. C’est si vrai. Je crois qu’il existe des personnes prêtes à voir le bonheur en face, à le conquérir et d’autres qui n’ont pas envie ou qui croient que le bonheur les fuit.
      Positiver et ouvrir les yeux sur le beau qui nous entoure, parce qu’il y en a et pas qu’un peu. Grosses bises.

      Like

  9. C’est très juste. C’est à nous de prendre les choses en main sans attendre que ça nous tombe dessus comme par miracle. Mais je pense surtout que c’est un état d’esprit et qu’on n’est malheureusement pas égaux à ce niveau-là. C’est le fameux verre à moitié vide ou à moitié plein. Certains sont capables de dégager du positif quoi qu’il arrive, tandis que d’autres verront toujours tout en noir quoi qu’on fasse – et ça, c’est triste.

    Like

    1. Je suis d’accord Marie, c’est un état d’esprit. Cela dépend aussi de notre histoire, de notre passé,de notre caractère, de nos envies.

      Like

  10. Je suis entièrement d’accord avec toi ! Les gens ne peuvent pas rendre toujours responsable les gens de leur malheur, il faut aussi savoir se prendre en main et aspirer à des choses positives ! Bel article

    Like

    1. La vie n’est vraiment rose pour personne miss ambre, il faut savoir retrousser ses manches et décider de voir la vie sous un nouveau ciel pour pouvoir être heureux.
      Merci!

      Like

  11. Il y avait eu un article à ce sujet dans un numéro de ” psychologie ” et tu résumes très bien ce qu’ils avaient voulu exprimer .
    Je suis entièrement d’accord avec toi . Et j’ajoute qu’il faut se débarrasser de toutes les relations toxiques ( même familiales ) pour réussir à avancer dans la vie…

    Like

    1. Les relations toxiques sont bien souvent un frein pour notre épanouissement. Tirer un trait dessus est la clé, même si le faire n’est pas toujours chose aisée. Merci pour ta visite Chouchie!

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s