Le retour du Boomerang

Pour le côté pétillant, tu repasseras, cher lecteur. En ce moment je me pose beaucoup de questions. C’est sûrement le divorce qui veut ça.

Dans toutes les grandes étapes de ma vie et les épreuves surtout, je crois tenir le bon bout, je crois avoir résolu mes problèmes, quand d’un coup d’un seul le boomerang me revient en pleine figure.

Et là il faut faire face et comprendre qu’il faut laisser les choses se faire et surtout arrêter de vouloir tout régler en un temps record.

Et c’est là que les choses se compliquent. Le temps de la culpabilité est quelque peu passé, celui de la colère aussi. Je me retrouve face à moi-même et à mes doutes. Je me retrouve face au passé et même si je ne peux rien changer à ce qu’il a été, il faut quand même que je me reconstruise sur ses ruines. Il faut que je comprenne pourquoi je me suis laissée piégée, comment je suis

devenue ce zombi, cet être complètement perdu, qui n’attendait qu’un sourire de lui, pour rebondir, pour exister.

Il faut que j’aie cette réflexion. Il faut que je mette des mots sur ces 4 ans, sur cette descente aux enfers et surtout sur la façon dont j’ai réussi (brillamment même) à me nier entièrement. Il faut que je trouve le moment où tout a basculé et ce qui a causé ma chute. Il faut que je comprenne pourquoi son bonheur a pesé si lourd dans la balance. Et le mien, pas du tout.

Aujourd’hui, ce ne sont pas les hommes qui me font peur. Je pense que je pourrais à nouveau accorder ma confiance à quelqu’un. Je crois, enfin ce n’est pas le problème du jour.

La personne dont j’ai le plus peur, c’est moi. J’ai trop d’images dans ma tête qui me font mal. Je me suis rabaissée. Je me suis sentie mal tant de fois, sale aussi. J’ai posé des actes dont je ne me serais jamais cru capable, des actes qui m’ont profondément blessée, des actes qui m’ont transformée en serpillère. J’ai laissé un homme me traiter comme la plus grosse merde du monde. Et à chaque nouveau virage, je l’ai laissé me conquérir à nouveau, je lui ai offert mon cœur meurtri en cadeau et il en a fait de la bouillie.

Il a ses torts. Mais j’ai les miens. Et je ne veux pas les nier. Parce qu’ils sont la clé pour avancer, parce qu’eux seuls peuvent me faire sortir de la cage en verre dans laquelle j’ai accepté de rentrer, jusqu’à m’éteindre chaque jour un peu plus dans la désolation.

Quand je repense à tout ça, il y a des jours où je me déteste, où je me sens très moche. Et je refuse de continuer sur ce chemin-là.

Alors je garde le boomerang et quand la douleur aura quitté mon être, je le jetterai à la poubelle. Ce sera la fin de cette épreuve.

Crédit Photo – Janet Little Jeffers Flickr

Advertisements

13 thoughts on “Le retour du Boomerang

  1. Très beau billet Marie rien n’est épargné dans ta description! C’est ainsi que tu te reconstruiras sur des cendres en acceptant cette faiblesse et en en faisant une force… Cela viendra avec la confiance en toi retrouvée et l’acceptation de cette erreur car c’était une erreur de croire en lui… Ne reviens pas sur ces années ou tu as été rabaissée, tu n’es pas partie avant parcs que tu n’étais pas prête c’est tout! On ne part que quand un déclic “le déclic” se produit celui qui nous réconcilie avec nous même eh nous fait refuser l’inacceptable enfin…regarde en avant Marie c’est l’avenir qui compte et le fait qu’un jour tu seras prête à faire de nouveau confiance, ce jour la tu ouvriras ton cœur au bonheur le vrai celui qui se vit à deux et non en solo auprès d’un manipulateur. Bisous

    Like

  2. Le Manipulateur sait comment faire pour que les autres soient à sa merci. Rares sont les personnes qui le démasquent, et encore moins parmi celles qui vivent à côté de lui. C’est un peu comme les sectes : il sait comment te faire perdre ta confiance en toi, et petit à petit te couper du monde.
    Il te faut regarder les choses de l’extérieur, telles qu’elles sont réellement et non telles qu’il a voulu te les faire croire. Toujours plus facile à dire qu’à faire…Mais tu as déjà certainement près de toi des personnes qui t’aident à travailler dans ce sens.
    Courage.

    Like

  3. Le fait de pouvoir faire un bilan comme tu le fais prouve à quel point tu es allée de l’avant. C’est bien de se remettre en question, mais il ne faut pas que cela te mine encore plus. Tu as fait preuve de tellement de courage, continue à croire en toi! Je t’embrasse.

    Like

  4. Des êtres sont quelques fois de véritables dominateurs. Et ils choisissent leur proie… des êtres qui sans le savoir se soumettent, se courbent malgré eux… Je pense que lorsqu’on a vécu ce genre de situation, l’angoisse de reproduire le même processus est terrible… Mais ne te culpabilise pas… le problème c’est le dominateur… Bon courage, Marie !

    Like

    • Merci Karine. Je pense qu’on a surtout peur de perdre à nouveau ses repères et de replonger. Mais la reconstruction sert à apprendre à s’aimer et se respecter. Ce sont ces deux données qui me manquaient avant.
      Je pense bien à toi. Bonne soirée.

      Like

  5. Je découvre ce blog par hasard… mais Est-ce vraiment un hasard ? Ce texte me touche au plus haut point puisque je suis “passée par là” comme on dit. Et j’en suis sortie.
    Il faut savoir (ça fait du bien au moral de le savoir) que ce genre de situation n’arrive qu’à de fortes personnalités, à des personnes qui ont beaucoup de tempérament et de caractère. Maigre consolation certes, mais on en sort. Meurtrie mais différente.
    Le tout est de savoir doser entre vigilance pour les personnes à venir et ne pas confondre avec méfiance à toute personne qui se présente.
    Mais je vois que vous avez fait un grand pas.
    Bon courage et bonne continuation et bravo pour tout ce courage, bravo pour être sortie de l’enfer. Quant on s’oublie on vit l’enfer…

    Like

    • Merci beaucoup. Merci pour votre passage et ces mots qui me vont droit au coeur. Il faut du temps pour se reconstruire, du temps pour comprendre, accepter et reprendre espoir. S’oublier pour l’autre est une grossière erreur, mais il faut le vivre pour le comprendre…

      Like

  6. Moi aussi je suis touchée par ton message car ce boomerang je le connais bien… et cette question : comment ai je pu me mettre dans cette situation ? Pourquoi avoir supporté tout ça ? Bref faire face à ses faiblesses, et assumer ses erreurs, sa lâcheté que c’est dur…Mais tu as été bcp plus rapide que moi pour réagir (4 ans alors que moi j’en ai mis au moins 10)..donc bravo et bonne continuation…

    Like

    • Merci Maïté, nous finissons par comprendre, mais pour chacun le temps de différent. Assumer ses erreurs, oui, mais il n’y a pas de lâcheté, enfin c’est ce que je pense. On veut nous faire croire que c’est de notre faute, mais c’est pour détourner l’attention.
      Bonne continuation à toi aussi et sois fière du chemin déjà parcouru.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s