Tout est mensonge

Dans quelques jours cela fera un an que je suis partie, que je l’ai quitté, lui et son mépris, son silence pesant, sa colère et ses mots qui m’ont profondément blessée. Bien sur, il n’est pas tout noir et j’ai ma part de responsabilité dans cet échec. Nous avons été un peu heureux tout de même, assez heureux pour nous marier et avoir un enfant ensemble. Mais pas assez heureux pour continuer le chemin ensemble plus longtemps.

J’ai eu trop mal, trop souvent. Nous n’étions pas faits pour vivre ensemble, nous ne partagions pas les mêmes rêves ni les mêmes envies. J’ai juste voulu croire que l’amour que nous partagions pouvait tout. J’ai juste idéalisé notre relation, rêvé l’homme qu’il était.

Je lui avais demandé, pendant ses 10 jours de silence, de faire un pas vers moi s’il m’aimait. Il n’a rien fait. Plus je pleurais, plus il s’en moquait. Je sais j’aurai du être forte, j’aurai du me battre avec plus de confiance. Mais je n’avais plus de force.

Quand je suis rentrée, j’étais une boule de souffrance. Tout en moi était détruit. Ma vie s’étalait en mille morceaux sous mes yeux, remplis de larmes à longueur de journée. J’ai vraiment cru en crever, alors même que je n’attendais qu’un geste de lui, des excuses, des mots d’amour qui viendraient réveiller le fantôme que j’étais devenu.

Il est venu et il m’a fait l’affront de pleurer devant moi. Moi, qui vivait dans la culpabilité de l’avoir privé de la chance de voir son enfant venir au monde, moi qui était laminée, épuisée. Moi qui me battais contre mes parents, pour une vie à laquelle je ne croyais plus. Lui, il a osé venir pleurer dans mes bras, il a osé harceler mon amie pour obtenir mon adresse, il a osé me dire que tout était de ma faute.

Il est revenu à la naissance de Boubou. Il nous a harcelés de coups de fils. Il a fini par nous harceler devant notre porte. Boubou avait 3 semaines. J’étais encore très fragile. Je l’aimais toujours.

Trois semaines de silence après, il réapparaissait. Je l’ai rencontré à l’aéroport. Il m’a accueilli froidement, m’expliquant bien qu’il était venu pour faire ses démarches administratives puisqu’il avait décidé de venir vivre en France, pour Boubou. Alors que j’essayais de discuter avec lui, pour trouver un moyen pour lui de rencontrer son fils, il a quitté la table. Il s’est envolé dans la fumée d’une énième cigarette.

Une semaine de mails en tous genres, de menaces, et puis j’ai cédé. Je lui ai amené Boubou à l’aéroport, le jour du départ. J’avais en face de moi un autre homme, un homme heureux de voir son fils, un homme doux comme il pouvait l’être parfois. Il nous attendait avec les bras chargés de cadeaux. Une fois de plus j’y ai cru. Quand il m’a tendu le papier avec son adresse en France, pièce qu’il me manquait pour que la procédure de divorce soit enclenchée, je ne l’ai pas pris. Je lui ai laissé une chance de nous prouver qu’il tenait a nous, une chance de nous aimer pour de vrai. C’était en mars.

J’ai continué à lui envoyer des courriers et des photos de Boubou. Je n’ai jamais eu de réponse. De temps en temps je recevais un message, un coup de fil, qui me disait « je t’aime » ou « je vais finir par me tuer si tu continues à refuser de me laisser une chance. »

Je sortais la tête de l’eau et je replongeais à chaque message. J’ai essayé de lui expliquer les choses, de lui dire que l’amour ne pouvait pas tout changer, que ce qui s’était passé entre nous était trop grave, que ses mots m’avaient fait terriblement peur, qu’il m’avait fait terriblement peur.

Les mois sont passés et fin juillet, il a décidé de venir vivre en France. J’avais fait mon deuil. Mais je me disais que peut-être, il y avait une chance pour qu’il souhaite s’investir dans la vie de Boubou et qu’ensemble nous pourrions développer une relation père-mère, harmonieuse. Et puis, ça a mal commencé. Il a refusé de donner une adresse, exigé de voir Boubou rapidement, tout en me demandant de lui remettre des papiers officiels personnels. Il n’a pas vu Boubou et il a arrêté de donner des nouvelles. Il n’a repris contact que mi-septembre, pour me dire qu’il quittait la France. J’ai forcement été surprise, puisque je pensais vraiment que son intention était de s’installer près de son fils, pour pouvoir le voir grandir. Tous les projets dont il m’avait parlé, étaient partis en fumée. Je m’en voulais d’y avoir cru, de lui avoir fait confiance encore une fois.

Puis deux mois se sont écoulés. Deux mois sans rien. J’ai continué à envoyer des nouvelles de Boubou, comme promis et pendant 2 mois, nous n’avons rien reçu. Pas un mot pour Boubou, pas un merci. Pas un geste.

Et puis, venant de nulle part, le téléphone a commencé à sonner, une fois, deux fois, cinq fois par jour. Les messages vocaux défilent et disent la même chose. Il veut une autre chance, il veut parler, il veut me dire qu’il m’aime, qu’il a changé. Il veut que je lui dise quoi faire pour que je revienne. Il vit dans le déni, alors qu’il y a quelques mois il me disait être d’accord pour le divorce.

Ses mots sonnent creux. Je n’ai pas de colère, mais peut-être un peu de peine quand même.  Pourquoi se réveiller si tard ? A moins que tout ça ne soit que du flan, une fois de plus. Je ne sais pas et je ne saurai peut-être jamais la vérité.

Jour après jour, je reconstruis ma vie, avec un petit garçon, heureux, qui sourit souvent, un petit garçon qui m’a donné le courage de partir. Et peut-être qu’un jour son papa comprendra que ce qui compte le plus aujourd’hui, c’est d’offrir a cet enfant de l’amour, un avenir serein et joyeux, avec deux parents séparés mais heureux.

Advertisements

38 thoughts on “Tout est mensonge

  1. Nancy says:

    Coucou Marie !
    Tu as raison, le plus important c’est votre enfant, sa stabilité et son avenir.
    Avec son papa vous êtes séparés mais je pense que c’est mieux ainsi quand on en arrive à de la violence verbale ou autre, quand les choses vont trop loin, quand l’un des deux souffre trop, quand il y a une voie sans possibilité de retour…

    Tu as fait le pas, tu es partie avec ton enfant, et maintenant chaque jour qui passera te mènera vers ton avenir. Un avenir meilleur que ce que tu as vécu il y a quelques mois.

    GROS BISOUS à vous deux !!!! Je vous envoie de douces et tendres pensées.

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      La separation dans ces cas la est ineluctable Nancy. Il faut avancer sans se retourner. Et puis l’eclat de bonheur dans les yeux de mon enfant me pousse vers l’avant.
      Merci pour ta presence et tes mots Nancy. Merci encore et encore pour tout.

      Like

  2. Bloody Anna says:

    Ton texte est poignant, je n’ose imaginer à quel point tu as pu souffrir même si je le devine, c’est terrible ce genre de situation… Et extrêmement dur d’en sortir indemne ou du moins pas trop abîmé, c’est un long cheminement. Mon histoire n’est pas la même que la tienne, mais encore des années après, je continue de panser mes plaies et j’y arrive de mieux en mieux. Alors tiens bon, un jour ça ira vraiment mieux et tu pourras être réellement sereine. Le pire est peut-être les regrets mais il n’est pas bon de vivre dans le passé, c’est très banal ce que je dis mais assez vrai. En tout cas, je crois en toi ❤ Courage ! (tu verras ça va aller…) Et plein de bisous à ton Boubou 🙂

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Merci Anna, ca me touche.
      Les regrets, je n’en ai plus. Ca va aller, tu as raison, ca ne peut qu’aller mieux de toute facon. Grosses bises de nous deux.

      Like

  3. dhelicat says:

    Oh Marie, ainsi i te harcèle encore et encore,il croit que tu est faible qu’il va pouvoi de nouveau te faire flancher, renoncer à la procédure… Il n’a pas vu pas su t’entendreas su comprendre que tu avais confiance et amour pour lu et qu’il a tout détruit! Que l’important n’est plus lu mais boubou et son avenir de petit garçon heureux, tu es partie pour vous sauver, tu as construit autour de boubou un monde d’amour et de tendresse pour qu’il ai la chance d’un avenir heureux et épanoui… C’est cela l’important qu’il ne voit pas ce fragile équilibre voler en éclat par le seu fait d’un père qui n’a de pe que le nom mais qui n’a pas été beaucoup présent ( c’est le moins que l’on puisse dire) jusqu’à aujourd’hui dans sa vie de petit homme en devenir… Alors ne te culpabilise pas d’être partie, ne l’écoute pas, il y a comme cela des moments dans la vie ou l’on n’a pas le choix, pas d’autre choix au de laisser sur la route l’autre qui ne nous aime pas vraiment! I avait besoin de toi, tu es son assurance qui s’envole… Tu as l’avenir devant toi Marié ne l’oublie pas…. ON est la si tu as besoin,plein de bisous à vous deux

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Merci Catherine, pour tes mots, ton soutien, ton empathie face a un probleme qui me depasse encore. Il croit que quelques “je t’aime” peuvent le sauver. Mais il ne comprends pas que pour moi, c’est fini. Il y a de jours, j’ai de la peine. Il y a des jours ou je lui en veux, j’ai envie de lui hurler dessus au telephone. Mais ca ne changerait rien .Alors je garde le silence, ca vaut mieux et quand je rentre le soir, j’arrive a faire le vide pour me concentrer sur Boubou, ce petit homme que j’ai sauve de bien des tourments.
      Bises et tendres pensees a toi, mon amie.

      Like

  4. ifeelblue says:

    c’est touchant, c’est bouleversant… je pense qu’en fait, dans quelques jours, ce sera l’anniversaire d’une des meilleures décisions de ta vie. 😉 Tu as été (et es encore) extrêmement courageuse et forte, pour toi et ton fils. 🙂

    Like

  5. Loupiotte Papotte says:

    Des fois, il faut prendre des décisions et être forte, même si ça nous fait mal. Mais il faut le faire, pour nous, pour notre bonheur et pour notre famille. Être égoïste de temps en temps, c’est essentiel, surtout lorsqu’on est en danger. Tu as bien fait même si cela a du être très dur.
    Tu es courageuse d’avoir franchis le pas. Beaucoup n’en aurait pas eu le courage.
    J’espère maintenant que Mister Pop et toi serez heureux malgré tout ça.
    Gros bisous
    PS : en me relisant, mon message me semble franchement brouillon, mais je sais pas vraiment trouver les mots pour exprimer ce que je ressens.
    Bisous à vous deux

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Loupiotte, ton message est tres clair et je te remercie du fond du coeur de m’avoir lu et d’avoir su trouver les mots.
      Prendre la decision et avancer sans se retourner, ce n’est pas un exercice facile , mais je n’ai pas eu d’autre choix que de proteger mon enfants. Et le voir sourire aujourd’hui me rappelle que tout ca n’aurait pas ete possible si j’etais restee.
      Je t’embrasse.

      Like

  6. etcetera says:

    Marie, Marie, je me sens toujours bête en postant sur ton blog mais je veux te dire ce que je pense.
    Je pense que Roger, malgré l’amour qu’il y a eu entre vous deux, n’est pas fait pour toi. Il, selon moi, joue avec tes nerfs, il profite de ta sensibilité et espère que tu plieras…. A nouveau.
    Tiens bon Marie, tu as fait le plus gros, continues sur ta lancée, ne te retournes pas. Protèges TON fils et protèges toi. Je dis TON fils, car je n’ai pas l’impression qu’il fasse quoique ce soit pour assumer son rôle de père.
    J’ai fini. Je voulais te le dire même si je trouve que mon point de vue n’est pas légitime dans le fond, étant donné que je ne suis pas mariée, et ne vis toujours pas avec mon homme…
    Des bisous Marie, ici, il fait 2°C avec grand soleil. Je pense souvent à toi quand je passe devant café Irie. xx

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Tu as tellement raison. Il m’a trop fait souffrir mais comme ca a deja marche, il reitere. Cette fois ci c’est sans retour mais il ne l’accepte pas.
      Nous proteger, c’est pour cela que je suis partie et il faut que je garde cela en memoire pour toujours.
      Merci merci…peut-etre qu’un jour nous partagerons a nouveau un cake au cafe Irie! Grosses bises ma belle.

      Like

  7. labiblidonee says:

    A travers ton texte, j’ai l’impression qu’il veut son enfant ou sa femme comme des jouets, quand il n’a rien d’autre à faire : Je ne crois pas que ce soit bien pour son fils mais ça n’a pas l’air de le motiver… Tu fais bien de protéger ton enfant et toi.

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      C’est assez bien resume Onee. Son fils, il n’en parle pas pour le moment. Et puis demain ce sera une autre chanson.
      Merci pour ton soutien, merci beaucoup.

      Like

  8. ptibaton says:

    A mon avis tu commence à voir le bout du chemin, car tu as bien réaliser ce qui était important, ton fils, son bonheur, toi tu as su le saisir, et tu sais lui donner l’amour dont il a besoin 😉

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Et c’est a lui que je dois penser pour ne pas me perdre a nouveau. Plus jamais je me le suis jure et je lui ai promis.
      Merci ma belle.

      Like

  9. Marie says:

    Marie, J’ai relu ton article plusieurs fois et il continue de me bouleverser. Parce que j’y lis tant de souffrance derrière la fermeté dont tu t’efforces de faire preuve. C’est difficile tous ces revirements, ces sautes d’humeur, le chaud puis le froid. Il y a parfois des gens qui sont toxiques. L’idéal serait de pouvoir couper les ponts une fois pour toutes, pour ne plus souffrir ni se laisser détruire. Mais comment faire quand un petit être vous relie forcément l’un à l’autre et vous oblige à chercher un terrain d’entente ?
    J’espère que tu parviendras vite à trouver un équilibre satisfaisant sur ce nouveau chemin qui est le tien. Tiens bon, Marie !

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      L’ideal serait de couper les ponts en effet Marie et tout le monde me le conseille. Le probleme c’est qu’il y a un enfant entre nous, et j’ai toujours voulu croire que pour notre fils, il fallait garder des liens, pour son avenir et son epanouissement.
      Mais face a ce chantage affectif, rien n’est jamais simple. Alors je me bats comme je peux et je pense a ce que j’ai sauve. Un jour, tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir, j’y crois.
      Merci pour tes mots, ton amitie, ton soutien Marie. Merci.

      Like

  10. lechatrose says:

    Ton texte est si beau. Et je me retrouve tellement dans quelques passages… Ces retours, ces espoirs qu’il redonne, puis plus rien. Et puis les retours à nouveau etc. La meilleure amie, les promesses. Et finalement rien ne change. Rien ne changera (pour moi). J’attends ce jour où j’aurai la force de lui dire que c’est trop tard !! Il n’y a pas d’enfant dans mon histoire alors je n’ose pas imaginer le courage qu’il te faut. Alors je t’en envoie une bonne dose (de courage et de force) ! 🙂

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Merci Lechatrose pour avoir pris le temps de me lire et de laisser un mot. Rien ne change. On finit par y croire a nouveau, mais c’est souvent pour mieux retomber et de plus haut.
      Courage a toi aussi et encore merci.

      Like

  11. Madame Sur mon Nuage says:

    Marie, continue d’être forte comme tu l’as été jusqu’à présent, pour toi et ton petit. C’est dur parce qu’il revient à la charge, parce que tu as voulu y croire, que tu as tout donné et que tu voudrais croire que peut-être il a ou va changer. Des questions et des “si” il y en aura encore. Mais je pense que tu as pris la meilleure décision et qu’il ne changera pas. Il faut continuer à tenir bon. Il finira par tourner la page, à force de t’entendre dire non. Je sais, c’est encore plus difficile parce qu’il y a ton petit et que c’est son papa, et que donc, tu es obligée de continuer à avoir des contacts pour lui. Ce serait plus simple si tu ne devais plus jamais lui parler. Fais attention à toi, imagine-toi face à lui avec une carapace virtuelle, une armure qui te protège de ses mots, de ses promesses non tenues et rappelle toi quand tu doutes qu’il t’a fait souffrir et que ce n’est pas comme ça que l’amour devrait être, douloureux, triste, désespérant.
    Bises ma Belle

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Tu as raison ma belle, il faut que je me rappelle tout le reste et non ces mots qui ne signifient rien, qui sonnent creux.
      Je resiste parce que je suis sur le chemin de la guerison. Je ne repartirais pas dans cette prison que j’ai quitte.
      Merci pour tout. Grosses bises de nous deux.

      Like

  12. Angel says:

    Coucou Marie,
    Je n’ai pas de mots pour apaiser ta souffrance qui transparaît au travers de tes mots.
    Il se joue de toi encore une fois, il profite de toi, de ta trop grande gentillesse pour arriver à ses fins. Lesquelles ? Telle est la question.
    Je sais que tu veux garder un lien pour votre fils mais tu vois je me demande si il a vraiment eu envie de cet enfant, de votre fils vu comment il s’en préoccupe, le nombre de fois où il l’a vu.
    Il sait se jouer de toi et te montrer l’homme que tu aimerais qu’il soit, un père aimant, un époux attentif à votre bien être. Mais combien de temps encore ? Combien de fois va t-il te jouer cette comédie ? Te faire souffrir encore une fois par de faux espoirs.
    Il ne te mérite pas et il ne mérite pas tout ce que tu fais pour lui, donner des nouvelles, prendre le temps de vouloir lui faire connaître son fils.
    Je sais bien que tu fais pour son bien mais tu sais, il vaut mieux qu’il grandisse sans père mais avec une maman aimante qui est attentive à son bien être.
    Je suis là tu le sais si tu as besoin, gros bisous à vous deux.

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Merci Nath.
      Aujourd’hui j’aimerai vraiment pouvoir tirer un trait sur lui, mais avec la procedure de divorce, ce n’est pas vraiment possible. Au niveau de la loi, c’est le pere et il a des droits, aussi aburde que cela puisse paraitre.
      La non-conciliation c’est lundi, alors on verra ce que decide le juge. Merci pour tout et bises a vous 5.

      Like

  13. De.Lye says:

    Coucou ! (Je réponds à ton commentaire). J’aime beaucoup ta dernière phrase, ça résume tout ! C’est vrai que maintenant plus rien n’est garanti (de trouver un métier stable, bien payé etc…). Très bonne soirée à toi aussi chère Marie ! Gros bisous

    Like

  14. PureNrgy says:

    Il n’est jamais trop tard Marie : ) Tu as eu besoin de cette expérience, elle te montre combien tu es forte et courageuse. Et, je crois, surtout qu’elle te montre ce que c’est d’aimer avec ton enfant. L’amour que tu as connu pour cet homme en était-il vraiment un? Question de définition peut-être… L’amour est inconditionnel. Il ne manipule pas l’autre (comme cet homme l’a fait). Et il se respecte (ce que tu apprends aujourd’hui à faire) L’amour pour toi et ton enfant te donne la force de vivre ta vie, sans lui. Car comment pourrais-tu t’aimer et aimer ton enfant si tu vivais avec quelqu’un qui ne te respecte pas 😉 ♥♥♥

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Je crois que j’en etais venue a ne plus me respecter, a me faire peur en me regardant dans la glace. Mais ca n’avait pas d’importance si au moins lui etait heureux.
      Aujourd’hui je comprends que je suis importante, dans ma vie et celle de mon enfant. C’est deja un premier pas.
      Merci pour tes mots Heloise, ils m’aident beaucoup.

      Like

  15. Illyria says:

    Tu as eu beaucoup de courage de réussir à partir finalement, et en effet tu as beaucoup de chemin à faire pour te reconstruire vu l’impact que cet homme a eu sur toi et sur ta vie, mais tu as la volonté d’avancer, la volonté de t’en sortir, et c’est un bon pas pour une nouvelle vie. C’est vraiment ce que je ressens en entreprenant ce travail, tourner la page de tous nos démons du passé pour avancer vers une vie nouvelle, meilleure et heureuse…
    Je te remercie pour tes articles où tu racontes ton histoire, tes ressentis, ça me déculpabilise de parler un peu trop de moi sur le net… Mais je trouve que c’est aussi une manière d’avancer de rendre public ce qui nous a fait souffrir, et je le perçois comme une promesse envers nous même. On en a parlé publiquement, on ne peut plus reculer…
    Je te souhaite beaucoup de courage pour ta reconstruction 🙂

    Like

    • Marie-Aimée Kléber says:

      Je crois que nos expériences peuvent en aider d’autres, c’est pourquoi je partage mon ressenti, mes sentiments et mes épreuves. La reconstruction prend du temps, mais cela en vaut la peine.
      Continues dans cette voie, c’est la seule qui mène à une vie heureuse et sereine.
      Bonne journée.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s