S’autocensurer, par crainte de déplaire

Miscellaneous

Dire haut et fort ce que l’on pense, ce n’est pas toujours bien vu. Et dans la vie de tous les jours, on prend souvent quelques pincettes pour faire passer nos idées. Nous sommes toujours un peu sur la défensive, car nous savons que nos propos pourraient choquer, agacer telle ou telle personne. Quelques fois même, nous nous taisons, ne souhaitant pas entrer dans un débat qui nous mettra dans l’embarras.

Sur les blogs, les langues se délient plus facilement. On n’ose peut-être un peu plus de choses, puisqu’un écran nous sépare de nos interlocuteurs.

Par contre, en lisant un commentaire d’article hier, j’ai compris que ce n’était pas forcement le cas pour beaucoup. Certaines personnes ont peur d’afficher leurs idées, peur de ne pas se faire que des amis.

bf3fe9d5c526252d03abba86df86b357

Et je trouve cela dommage. Je ne critique pas, car bien souvent quand un sujet me dépasse, je l’évite. Quand je lis certains articles qui me chiffonnent, je ne commente pas. Je m’autocensure, par envie de plaire ou crainte de déplaire à des lecteurs que j’ai finalement réussi à charmer par mon style, mes propos, mes coups de cœur. Je reste sur la défensive. Je ne me dévoile pas entièrement. Je mens un peu en quelque sorte. Je n’affiche que l’image qui plait. Mon coté sombre reste dans l’ombre.

C’est triste. Parce qu’au fond ce sont nos différents avis qui nous aident à grandir, à faire évoluer nos idées. Il y a quelques années, j’avais des avis bien arrêtés sur tout. Aujourd’hui, je pèse mes mots, mes idéaux ont changé et mes engagements aussi. Je suis devenue plus tolérante, moins fermée au changement.

Et puis je constate aussi qu’avec bon nombre de mes amies proches, nous ne partageons pas les mêmes idées politiques, religieuses, les mêmes idéaux ou rêves.  J’ai fini par dépasser mon désir de plaire. Elles m’acceptent comme je suis. Et moi aussi. Nos débats et différends, nos choix de vie ne nous empêchent pas de nous apprécier, de nous aimer profondément. C’est ce qui fait la richesse de notre amitié.

Pour conclure, l’important n’est pas tant de plaire que d’être en accord avec soi-même. Je crois que c’est l’ultime nécessité pour rendre nos vies encore plus vraies. Et si certains se sentent attaqués ou ne souhaitent plus nous parler, après avoir lu des mots qui ne leur plaisent pas, c’est que ces personnes n’ont rien à faire sur notre chemin.

Advertisements

23 thoughts on “S’autocensurer, par crainte de déplaire

  1. Je ne me censure jamais. J’essaye d’adoucir mes propos, de ne pas être trop sèche, pour ne pas braquer, mais je ne me censure jamais. Maintenant je ne pense pas que demain je ferai un article purement politique genre “moi je voterai ça” et tout ça… J’aime bien aussi quand un article fait un peu polémique, que y’a des débats, c’est intéressant de savoir ce que pensent les gens même si on n’est pas forcément d’accord et je trouve dommage les gens qui ne veulent pas débattre parce que je crois que les débats amènent toujours à quelque chose pour peu qu’on écoute vraiment ce que dis l’autre ^^’

    Like

    1. C’est marrant parce que je viens justement de te répondre un peu la même chose à l’instant sur ton blog (Melgane), j’ai apprécié l’échange ! J’ai eu peur d’être trop sèche (je l’ai sûrement malheureusement été) mais bon je pense qu’on est assez intelligentes pour ne pas en venir à se crêper le chignon 😉

      Bref, pour en revenir aux propos de Marie : moi je me censure sur mon blog, je n’ose pas, j’ai peur de recevoir des commentaires très insultants, peur de ne pas réussir à faire passer mes idées assez intelligemment (enfin ça c’est aussi un problème de confiance en soi). En gros, j’estime que je n’ai pas le savoir suffisant pour exprimer quelque chose de fin. Après sur les autres blogs, selon la personne, j’ose intervenir ou non… Ici et chez Melgane, je sais que, a priori, on ne va pas me jeter de tomates donc j’apporte ma contribution. Mais chez d’autres personnes, quand le propos est violent et qu’il me choque, je préfère encore me taire parce que je crois qu’il serait inutile d’écrire un petit quelque chose qui sera démonté en deux coups de cuillères à pots sans que j’ai la possibilité de réellement exprimer mes idées. Et je trouve ça dommage, parce que comme tu dis, échanger permet d’affiner nos idées, d’avoir un autre regard sur divers sujets mais force est de constater que chez certains c’est peine perdue… Encore une fois, je vois assez vite si la personne a réellement envie d’échanger ou seulement d’imposer sa vision, et dans le dernier cas, je n’y vois aucun intérêt.
      Ensuite, je crois que j’ai peur aussi de paraître intolérante, trop fermée dans mes opinions, même si pourtant je tente de peser mes mots. Là est aussi la limite du dialogue virtuel ! J’arrive beaucoup mieux à échanger dans la “vraie vie”, face à quelqu’un de palpable. Alors que sur le net, c’est un peu comme marcher sur un fil.
      Dans mon cercle d’amis, nous n’avons pas tous les mêmes opinions et ce n’est pas pour autant que ça se passe mal, après ce sont de petites divergences pas des grands écarts, ça doit aider aussi !
      Enfin, pour ta conclusion, je me suis sentie attaquée récemment comme je disais sur ton précédent billet et je n’ai, en effet, plus eu envie d’échanger avec ladite personne (personne que je connaissais très peu de toute façon), et là je ne crois pas que le problème venait de moi, mais du fait que je suis tout bonnement incapable d’échanger avec quelqu’un qui le refuse et qui m’insulte directement. Mes limites se trouvent là, l’échange oui, mais l’insulte je ne peux pas, c’est contre-productif.
      En tout cas, c’est bien que tu aies rédigé ce billet, ça m’a permis d’éclaircir aussi quelques points me concernant, j’y vois un peu plus clair 😉
      (et si vous me trouvez intolérante, vous pouvez me le dire, ça m’aidera :D)

      Like

      1. Moi je n’ai pas peur de me recevoir des insultes en pleine face. En fait je l’ai déjà vécu y’a quelque chose comme deux ans avec un article sur le don d’organes où j’avais dis que je ne voulais pas être donneuse d’organes, c’est vrai que je m’étais mal exprimée et que j’avais mes tords mais ce n’était pas une raison pour m’insulter… Du coup comme je l’ai déjà vécu je sais à peu près à quoi m’attendre si ça m’arrive donc ça me fait plus peur ^^’

        Moi non plus j’aime pas trop parler avec les gens qui insultent et tout juste parce que tu penses pas pareil…

        Like

      2. Merci ma belle!
        Le debat implique la tolerance et le respect. Si c’est pour se faire lyncher, je ne vois en effet pas l’interet.
        Nous pensons tous detenir la verite, mais c’est une verite qui ne regarde que nous. Les autres arrivent dans la discussion avec leur passe, leurs experiences. Bien souvent on ne peut pas changer leur maniere de voir les choses, mais en ecoutant on peu faire evoluer nos idees.

        Je ne te trouve pas intolerante. Je te vois plutot utopiste. Je retrouve beaucoup de moi, plus jeune, dans tes propos. Les experiences de la vie m’ont rendu peut-etre plus sceptique face a certaines choses.

        Merci pour ton temoignage. Ai confiance en toi. Nous n’avons pas tous besoin d’etre expert sur un sujet pour pouvoir en parler, mais plutot ouvert a tout ce que les autres peuvent nous apprendre a ce sujet!

        Like

    2. C’est l’apanage de la jeunesse! Tu as bien raison, continues de dire ce que tu penses, d’exprimer tes opinions, tout en respectant l’opinion de l’autre. Aucun debat n’est sterile si les interlocuteurs sont ouverts au debat!

      Like

  2. Le problème sur les réseaux sociaux où tu n’as pas la personne en face et pas la même faculté d’échanger, c’est peut-être moins la peur de ne pas plaire que la peur de ne pas être bien compris : les propos peuvent être mal interprétés et c’est plus difficile de régler le malentendu qu’en face ; C’est étrange mais souvent ainsi, j’ai remarqué (d’après ce que j’ai pu constater quand j’avais un bog humeur et que je lisais des tas de blogs d’humeur).

    Like

    1. Je crois que ça vient du fait que quand c’est en face tu réponds du tac au tac, directement, et si tu te rends compte que tu t’es fait mal comprendre tu corriges tout de suite, alors que sur internet chacun se monte la tête de son côté en attendant la réponse de l’autre, prépare des arguments, essaye de deviner ceux de l’autres, et du coup ne lis pas vraiment les articles qu’il reçoit.

      Like

    2. Je suis assez d’accord avec toi Onee, c’est beaucoup plus difficile de faire passer un message sur Internet que dans un face a face. Mais comme nous utilisons de plus en plus Internet, les reseaux sociaux, les blogs pour nous exprimer, il serait bien d’apprendre a nuancer nos propos, a peut-etre mieux utiliser la langue francaise pour faire passer nos messages!

      Like

  3. je suis comme toi, je m’autocensure beaucoup. Sur le net, j’ai tendance à passer mon chemin si je lis quelque chose auquel je n’adhère pas (voire pas du tout, du tout). Je n’ai pas envie de m’enliser dans un débat avec une personne potentiellement fermée à toute autre opinion, et puis il y a aussi la peur de déplaire dont tu parles si bien. J’essaie de m’en détacher car je trouve ça triste, aussi, mais c’est pas évident!

    Like

    1. Ce n’est pas toujours evident en effet. Je pense toutefois que nous sommes a meme, bien souvent, de voir si l’auteur du billet encourage le debat ou est plutot ferme a toute remise en cause de son idee, et donc dans ce cas la il faut mieux passer son chemin.

      Like

  4. Moi je ne m’autocensure que très peu. Si ça me plait vraiment pas, je passe mon chemin, pas la peine de rajouter de l’huile sur le feu. Mais quand je commente, je mets les formes, je pèse mes mots, mais l’idée est là, le ton est par contre posé.
    J’aime échanger avec des gens qui ont un autre point de vue que le miens. C’est toujours enrichissant, à condition que ça reste courtois et dans le respect de l’autre

    Like

    1. Tout a fait d’accord. Rien ne sert de choquer non plus, ni de condamner d’autres propos que nous ne partageons pas forcement.

      Like

  5. C’est marrant mais je n’arrive pas à voir ça comme de l’auto-censure… Je fais comme ça aussi, lorsque ça ne me plait pas, je passe mon chemin… Mais je ne sais pas, j’ai plus l’impression (un peu comme I feel Blue) que je n’ai pas envie de perdre du temps à partir dans un débat qui aurait de fortes chances d’être stérile… je ne suis pas du tout contre les échanges d’idées, bien au contraire, mais il y a des personnalités ou des idées qui sont tellement éloignées des miennes que ça me paraît compliquer (sans dire que c’est moi qui ai forcément raison, hein?). Dans la vie je fais pareil en fait, quand quelqu’un avance une façon de faire, une attitude ou un comportement trop éloigné de ce que j’aime de ce qui m’intéresse ou de ce que je pense, généralement, je n’ouvre pas de débat… J’ai l’impression (peut-être à tort) qu’il faut quand même qu’il y ait des points d’accroches pour que le dialogue s’instaure…
    Et puis parfois, j’ai l’impression que ça ferait plus de mal que de bien, alors je m’abstient…

    Like

    1. Il y a des situations dans lesquelles il faut mieux s’abstenir, le risque de se perdre dans un debat sterile n’apportant rien de bon.
      Je parlais plutot d’autocensure dans les billets que l’on ecrit sur son blog. Quelques fois avant meme d’ecrire, je me demande comment mon billet va etre accueuilli, et je trouve qu’il est dommage de penser ca. Puisqu’avant tout j’ecris pour le plaisir et la partage.

      Like

  6. c’est la raison pour laquelle j’ai voulu mon blog anonyme. pour pouvoir dire mon avis sur tout, réagir sans risquer de voir mes collègues ou de la famille débarquer avec leur grand sabot dès que j’aborde un sujet polémique.

    Pour ce qui est de commenter, c’est vrai que je ne vais pas commenter si je ne suis pas d’accord … si cela vient d’une personne dont j’aime bien le blog, c’est plus pour ne pas vexer, et oui, surement, pour garder une bonne entente /image. ou alors je vais donner mon avis, mais en y mettant grandement les formes.
    Sinon, bhen je passe mon chemin, histoire de ne pas perdre mon temps …

    Like

    1. Je crois que c’est ce que la plupart d’entre nous recherche, cet anonymat qui nous permet d’etre un peu plus nous-memes.
      Pour les commentaires, je suis d’avis, tout comme toi, que mettre les formes et traiter l’autre avec respect sont des principes dondamentaux pour tout dialogue. Si l’on sent qu’on ne maitrise pas ces deux principes, il faut mieux passer son chemin.

      Like

  7. Je pense que l’on peut tout dire tant que c’est respectueux et argumenté et si la personne en face est bloqué, je lui fais remarquer qu’elle pense de toute façon détenir sa vérité et que donc je vais clore ce débat stérile, à elle de se débrouiller avec ses problèmes internes. Aussi simple que ça, et sur le blog perso moi je me lâches (après j’ai décidé de ne pas axer sur ma vie ou mes problèmes perso dont je ne parle jamais car ayant une profession plutôt publique (animatrice radio) et je ne veux pas que des propos perso ressortent plus tard … donc c’est pour des raisons différentes mais je trouve que quand une blogueuse mets se tripes dans un article ça se sent et c’est super à lire, y’a limite que les articles comme ça qui sont intéressants ^^ donc n’ait pas peur, y’aura toujours des gens intelligents et calmes pour débattre avec toi, le reste peu importe, on va pas se priver de choses passionnantes pour eux 🙂

    Like

  8. “Une trop grande franchise peut engendrer la haine”. Je ne sais plus qui a dit cela, il faut donc se méfiait de l’excès de franchise… Ainsi y a-t-il deux postures à avoir : soit faire silence, soit parler… Mais… J’en suis arrivée à une conclusion bien basique qui m’a rappelé que mes actes ne doivent jamais oublier de prendre en compte les limites psychologiques des autres… Non, on ne peut pas tout dire, la vérité assénée ne doit jamais être dénuée de tact… Si cette nuance est respectée on peut alors poser les limites et savoir dire ce que l’on pense, pour rester en accord avec soi-même, et rester authentique. A notre interlocuteur d’en faire ce qu’il veut : s’il veut l’utiliser à mauvais escient, ce sera son problème…..

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s