Et le vide sous mes pieds…

A la base, ça devait pétiller par ici. On en est un peu loin. Le passé à beau être le passé, chez quelques personnes il empiète encore sur le présent.

Enfin aujourd’hui j’ai décidé de vous raconter un passage de ma vie absolument épatante, le soir ou j’ai failli finir en bouillie pour chien.

Un vendredi soir au hasard, après une semaine dans le monde du silence, j’ai vu de la lumière chez moi et j’ai flippé. Roger (on va l’appeler comme ça, c’est intemporel comme prénom, ça va a tout le monde) était la et vu le ton de sa voix au téléphone, ça allait chauffer pour moi.

Imagines j’étais sortie avec des amies depuis plus de 7 heures et je ne lui avais pas préparé son slip, son petit déjeuner, ses médicaments, je n’avais pas été la pour jouer avec lui une journée de plus au roi du silence. Il n’avait pas eu la chance de pouvoir me répéter en boucle qu’il allait me quitter. Donc il n’était pas content du tout.

J’ai fait ni une ni deux, j’ai pris le téléphone pour appeler une amie, et je me suis effondrée telle une loque humaine dans ses bras. Heureusement je n’avais pas mis de mascara ce matin la.

Enfin après une mauvaise nuit de sommeil, je me suis réveillée et j’ai glandé chez mon amie, sursautant à la moindre sonnerie. Mon téléphone vibrait comme un malade et je restais impassible. Roger avait finit par comprendre que le roi du silence était un jeu que je n’aimais pas du tout. J’avais bien appris les règles depuis le temps et je m’y suis tenue pour une fois, non sans me dire que j’étais la pire personne du monde de le laisser ainsi sans nouvelles.

Le samedi soir, il a fallu se rendre à l’évidence. Je devais rentrer chez moi pour chercher mes papiers, prendre une ou deux culottes, une paire de pompes et les vêtements de bébé qui attendaient tranquillement dans une caisse en carton. J’ai pris un ami avec moi, un ami homme, qui pourrait faire le poids face à Roger.

Et j’ai débarqué chez nous (qui ne le serait plus jamais) avec une énorme valise. L’appartement baignait dans la fumée de joints. Il y avait des verres à moitie remplis de café un peu partout, comme si le Petit Poucet était passé par la. Roger était allongé tel un SDF sur la moquette du salon, les yeux injectés de sang.

J’ai eu un instant de doute et j’ai bien failli le prendre dans mes bras, lui demander pardon, lui dire que tout était de ma faute, que désormais tout irait bien, qu’on allait être heureux, qu’il m’avait manqué, que je l’aimais, qu’on y arriverait.

C’est un coup de derrière bien rond au milieu du ventre qui m’a sorti de mon délire. Bébé était réveillé. Il avait raison il fallait se barrer rapidement.

J’ai commencé à remplir ma valise, en essayant tant bien que mal de faire abstraction de Roger qui hurlait à 15 cm de moi : « Tu es MA femme ». Il a du le répéter une bonne dizaine de fois avant d’empoigner la valise et de la balancer contre la fenêtre. Mon ami essayait de calmer le jeu et moi je priais pour que le mur auquel j’étais collée m’aspire, me rende invisible. C’est quoi la technique de Fantômas déjà ?

Entre les cris de Roger et les tentatives de mon ami pour faire diversion, je tentais de remplir ma valise avec tout ce dont j’avais besoin. Quand soudain il était à deux pas de moi, son visage a 1 cm du mien, ses mains qui s’agitaient dans tous les sens tout près de mon ventre rond.  Et la il a laissé échapper LA phrase de trop, celle qui est venue tout chambouler « Si tu passes cette porte, il y aura de gros problèmes pour tout le monde, JE VAIS TE TUER. »

Mon ami tapait déjà le numéro de la Police. Roger hurlait, pleurait, m’insultait.

Et au fond de moi je me disais que j’avais bien fait de ne pas lui faire confiance, de venir accompagnée. Ou j’aurais été bonne pour le passage à tabac du siècle et toutes les joyeusetés qui vont avec.

ca5a7fff1cd17b757d11d390b99ad1cb_m

Advertisements

12 thoughts on “Et le vide sous mes pieds…

  1. Angel says:

    Quel épisode difficile à oublier. Tu as bien fait de te faire accompagner, On ne sait pas ce qu’il aurait pu faire et tu as bine fait de partir pour protéger ton enfant à venir. Cruelle décision mais tu devais te sauver de toi m^me, de lui surtout.
    Tu dois vivre avec ce souvenir de cette vie auprès de cet homme. J’espère qu’un jour tu arriveras à te reconstruire, avoir une vie auprès d’un homme qui saura t’aimer, t’apprécier à ta juste valeur et surtout être à ton écoute, t’accompagner à chaque instant de la vie.
    Un homme comme cela existe pour toi quelque part, moi j’ai trouvé le mien et je remercie le ciel chaque jour de l’avoir auprès de moi. Des bisous ma belle

    Like

    • missk123 says:

      J’avoue que je fais encore des cauchemars la nuit. Le plus dur, c’est ce sentiment de culpabilite et ce besoin de dire les choses, de comprendre pourquoi je n’ai pas voulu voir ce qui etait une evidence.
      Je ne sais pas si il existe un homme avec qui nous pourrons etre heureux un jour mais je sais que plus jamais je ne laisserais quelqu’un me briser.
      Bises et mille merci pour ton soutien.

      Like

  2. Morgane says:

    Quelle histoire… c’est le genre de truc que tu vois dans les films et où tu te dis “nan, ça n’arrive plus en vrai maintenant” :/ En tout cas, comme Angel, j’espère que tu vas réussir à te reconstruire.

    Like

    • missk123 says:

      Merci beaucoup Morgane. C’est vrai que j’ai eu un peu cette impression quand tout est arrive.Je me disais que ca ne pouvait pas etre possible, que j’allais finir par me reveiller de cette horreur.
      Belle journee a toi. bises

      Like

  3. Natalee says:

    Roger c’est intemporel mais c’est aussi …
    Tu connais la série animée American Dad, le parasite qui vit au crochet de la famille s’appelle Roger
    Coïncidence? 🙂
    Le plus dur est passé, tout ira bien….

    Like

    • missk123 says:

      Je ne connaissais pas du tout Natalee, mais en effet c’est une drole de coincidence! Le pire est derriere moi, c’est vraiment ce que j’espere.
      Bises et merci.

      Like

  4. ifeelblue says:

    fiou! tu as vraiment bien géré, de venir accompagnée et de venir pour partir. Tu as fait ce qu’il y avait de mieux à faire pour toi et pour ton bébé. Tu as connu le pire, maintenant ça va être le tour du meilleur 😉

    Like

    • missk123 says:

      Le meilleur ce n’est pas pour tout de suite, mais j’y crois, je garde espoir. Je ne voulais causer de tort a personne dans cette histoire, mais je reconnais que j’ai bien fait de demander a quelqu’un de venir avec moi. C’est ce qui m’a sauvee.
      Merci Ifeelblue et bonne fin de journee!

      Like

  5. Petitgris says:

    Ton billet me fait revivre mon enfer perso . De longues années pendant lesquelles j’ai cru que ma patience et mon amour finiraient par lui dicter une conduite … Ce genre d’individu ne change jamais et le départ est la seule solution surtout quand il y a un enfant ! La vie est à présent sereine , garde espoir : les cauchemars s’arrêtent un jour et la vie te sourira ! Bises

    Like

    • missk123 says:

      Je crois que j’ai eu de la chance dans mon malheur, de me rendre compte de tout ca en 4 ans seulement. C’est la peur du depart a l’etranger, d’une more psychologique prematuree qui m’a fait reagir.
      Merci pour ton soutien. Bises

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s