La technologie et moi, ca fait deux.

Il fallait me voir hier matin devant la machine à relier les documents. C’était cocasse. Digne d’un gag.

D’abord j’ai fait le tour en long, large et travers de la minuscule salle qui nous sert de « coin papeterie ». Je ne trouvais pas ce que je voulais. Pourtant tout est étiqueté. Et rien ne correspondait à ma recherche.

Je suis retournée devant la machine, mon instrument de torture de la matinée,  avec la seule chose que j’avais fini par dégotter – les spirales de reliure.

Je les ai placées sur la machine et elles se sont ouvertes dans le mauvais sens, bien évidemment.  J’ai du recommencer une bonne dizaine de fois avant de me décider à changer les spirales de côté. Oh miracle ! Après 20 minutes d’essai, c’était plutôt pas mal.

Il allait falloir aborder la phase 2 et j’étais déjà en nage, les yeux rivés sur ma montre qui indiquait l’arrivée proche de mes collègues. Je ne voulais pas qu’ils me trouvent dans cet état, dégoulinante de sueur en agonie devant la machine, qui décidément avait décidé de ne pas me faire de cadeau.

J’ai donc cherché désespérément le bouton qui allait déclencher le système des trous. J’ai tâté dans tous les coins. J’ai déplacé la machine qui pesait 3 tonnes. J’ai repassé les feuilles devant les trous, en espérant qu’un autre miracle se produise, tout en sachant que je perdais mon temps.

Et puis à la dernière tentative j’ai trouvé le sacro-saint bouton qui allait m’ouvrir les portes de la gloire. Il était bien planqué le petit coquin, attendant sûrement que je me liquéfie pour enfin pointer le bout de son nez.

Mon rapport était près. Bon OK j’avais mis l’intercalaire A à l’ envers, mais sincèrement qui allait le remarquer ?!

J’étais toute fière de moi après une heure de dur labeur, quand En prenant le chemin de mon bureau, j’ai vu trônant fièrement sur l’étagère du couloir les 15 copies reliées qui attendaient sagement qu’on les récupère.

J’étais verte. Je venais de perdre une heure. Mais rassurée tout de même. Je n’avais pas à me coltiner les 14 restantes !

Advertisements

6 thoughts on “La technologie et moi, ca fait deux.

  1. ifeelblue says:

    ahah! ça me rappelle, dans une autre vie je travaillais dans une librairie, pas loin de la fac et donc les étudiants venaient faire relier leurs mémoires, etc… je redoutais trop ça!

    Like

  2. le club des commères says:

    ah oui…je connais aussi…ce moment de solitude où on se sent véritablement seul au monde face à nous-mêmes…même devant la photocopieuse…:-)
    je me demande: “comment on fait pour faire du recto verso et pour que je puisse plier la feuille en quatre…et en faire un “mini livre””
    Super ton article!

    Like

    • Mademoiselle K says:

      Grand moment de solitude en effet…
      Le genre de moment ou tu es a deux doigts de fondre en larmes en criant “c’est pas juste la vie…”
      Bises et merci pour ta visite!

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s